Le polyhandicap Prévalence de la dénutrition Conséquences de la dénutrition sur l'enfant polyhandicapé Objectifs de la prise en charge nutritionnelle


Dénutrition chez l'enfant polyhandicapé : ContexteLe polyhandicap

  1. Au préalable, il faut souligner qu'il n'existe pas un enfant polyhandicapé "type". Les problèmes sont différents selon l'âge, le type de handicaps, le caractère évolutif ou non (certaines maladies sont stables, d'autres s'aggravent avec le temps, d'autres peuvent s'améliorer).


Prévalence de la dénutrition chez l'enfant polyhandicapéPrévalence de la dénutrition

  1. La dénutrition ou le risque de dénutrition ne sont pas présents chez tous les enfants et à tous les stades de l'évolution et chacun des facteurs de risques ne s'applique pas à tous les enfants.
  2. L'idéal serait d'identifier le risque et de prendre en charge ces enfants avant le stade de dénutrition établi.
  3. La prévalence de la dénutrition chez les enfants polyhandicapés est importante et doit être prise en compte : 50 à 85% d'entre eux ont des troubles de l'alimentation et 30 à 40% seraient dénutris. Il existe donc des possibilités importantes de progrès dans la prise en charge nutritionnelle de l'enfant polyhandicapé.


Conséquences de la dénutrition sur l'enfant polyhandicapéConséquences de la dénutrition sur l'enfant polyhandicapé

  1. Les conséquences de la dénutrition portent sur la qualité de vie, le développement psychomoteur, la motivation et les capacités d'apprentissage, la croissance, la force musculaire, les échanges avec l'environnement. Sous l’effet de la dénutrition, la spasticité est augmentée, ainsi que l'irritabilité.
  2. Les défenses contre l'infection sont diminuées. En dehors de leur maladie causale qui peut menacer leur vie, ces enfants sont souvent atteints d'infections respiratoires ou urinaires qui sollicitent leur système immunitaire.
  3. Le risque d'escarre, déjà important du fait de l'immobilité et la maigreur, est augmenté du fait de la dénutrition. La cicatrisation d’une éventuelle escarre est ralentie par la dénutrition.
  4. Les consultations médicales sont plus fréquentes, l'absentéisme plus important à l'école (une déviation standard en mois pour le pli cutané tricipital s'accompagne d'une augmentation de visites médicales de 28 %, des jours d'école manqués de 31 % et des activités sociales familiales manquées de 51%).


Objectifs de la prise en charge nutritionnelle chez l'enfant polyhandicapéObjectifs de la prise en charge nutritionnelle

  1. Les affections neuromusculaires et syndromes malformatifs représentent environ 35 % des indications de nutrition artificielle entérale à domicile. Cette prise en charge nutritionnelle ne vise pas simplement à améliorer le poids et la taille, mais aussi la qualité de vie. Un bon état nutritionnel permet d'assurer une croissance satisfaisante, un confort de vie meilleur, une meilleure santé (défense contre les infections).