Définitions et généralités Les nutriments Nutrition et croissance


Définitions et généralités

Dénutrition chez l'enfant : Définition de la nutritionLa nutrition
  1. La nutrition est l’ensemble des processus par lesquels un organisme vivant utilise les aliments pour assurer sa survie, sa croissance, le fonctionnement normal de ses organes, de ses tissus.
  2. Une nutrition correcte est donc une condition nécessaire au fonctionnement et à la survie de tout organisme.
  3. Tout excès ou insuffisance d’apports nutritifs a des conséquences préjudiciables pour l’individu. Le problème des erreurs alimentaires conduisant au surpoids et à l’obésité est bien connu, mais celui de la dénutrition, tout aussi grave, est souvent sous-estimé et par conséquent mal pris en charge.

Dénutrition chez l'enfant : Définition de la dénutritionLa dénutrition
  1. La dénutrition est un état pathologique de déficit en énergie, en protéines ou autre nutriment, produisant des changements mesurables des fonctions corporelles puis de la composition corporelle, associés à une aggravation du pronostic des éventuelles pathologies.
  2. La dénutrition est un état de déséquilibre qui peut être lié soit à une diminution des apports (anorexie ou déséquilibre de l’alimentation), soit à un moindre apport nutritionnel (troubles digestifs…), soit à une augmentation des besoins (notamment en cas de pathologie…). Les trois facteurs peuvent se conjuguer.
  3. Dans les pays dits « développés », la dénutrition est presque toujours la conséquence d’une pathologie.

Dénutrition chez l'enfant : Contexte pédiatriqueContexte pédiatrique
  1. En pédiatrie, la qualité de la nutrition est primordiale.
  2. En effet, l’organisme du nourrisson ou de l’enfant est en croissance, les organes sont en cours de maturation, donc ses besoins sont à la fois importants et vitaux.
  3. Toute dénutrition à cette période de la vie peut donc être particulièrement préjudiciable et affecte inévitablement la croissance.


Les nutriments

Dénutrition chez l'enfant : Le besoin énergétiqueLe besoin énergétique
  1. Le besoin énergétique correspond à la quantité d’énergie nécessaire pour maintenir un individu en bonne santé.
  2. Il inclut donc :
    • le métabolisme de base : c’est l’énergie nécessaire pour les fonctions vitales de l’organisme (respiration, digestion, système cardio-vasculaire et activité cellulaire),
    • les besoins nécessaires pour faire face aux dépenses de l’organisme (thermorégulation, travail musculaire, croissance, activité physique).
  3. Ces besoins sont différents selon l’âge, le sexe, la taille et le poids de la personne ; ils varient également selon l’environnement, et le niveau d’activité physique.
    L’énergie s’exprime soit en Kilocalories soit en Kilojoules d’où 1 kcal = 4,18 kJ.
  4. En moyenne le besoin énergétique se situe entre 35 et 45 Kcal/Kg de poids corporel/jour pour un adulte. Il existe des formules spécifiques (Formule de Harris et Bénédict) pour estimer le besoin énergétique d’une personne.

Dénutrition chez l'enfant : Où trouver de « l’énergie » ?Où trouver de « l’énergie » ?
  1. L’énergie est apportée par l’intermédiaire des aliments sous forme de nutriments, on distingue les macronutriments (protides, lipides et glucides, fibres et alcool) et les micronutriments (oligo-éléments, vitamines, minéraux).
  2. Seuls les macronutriments apportent de l’énergie c’est-à-dire des calories :
    • 1 g de protides apporte 4 Kcal kcal
    • 1 g de lipides apporte 9 Kcal kcal
    • 1 g de glucides apporte 4 Kcal kcal
    • 1 g d’alcool apporte 7 Kcal kcal
  3. Les micronutriments n’apportent pas d’énergie mais sont nécessaires à l’organisme.

Dénutrition chez l'enfant : Les besoins en protéinesLes protéines : besoins
  1. Les protides ou protéines sont les constituants fondamentaux du tissu vivant (muscles, organes, hormones). Elles sont nécessaires pour la croissance, la réparation et le renouvellement des tissus.
  2. Les principales sources alimentaires de protéines sont la viande, le poisson, les œufs et les produits laitiers (yaourt, fromages). Le lait est la source exclusive et suffisante de protéines chez le nourrisson jusqu’à 6 mois. Celles-ci sont qualifiées de protéines animales mais il existe aussi des protéines végétales dans les légumes secs (pois chiches, haricots secs) ou dans les céréales (pain) ou encore les légumes.

Dénutrition chez l'enfant : Mécanisme des protéinesLes protéines : mécanismes
  1. Les protéines sont constituées de longues chaînes d’acides aminés dégradées lors de la digestion. Elles servent essentiellement à la synthèse de protéines fonctionnelles (hormones, …) ou de structure (renouvellement cellulaire, production de fibres musculaires).
  2. La ration journalière alimentaire doit apporter 11 à 15 % de protéines soit en moyenne 1 g de protéines /kg de poids corporel/jour. Il faudra apporter 2/3 de protéines animales et 1/3 de protéines végétales car les protéines animales sont de meilleure qualité, mais il est important de varier les sources alimentaires afin d’apporter tous les acides aminés essentiels à l’organisme.

Dénutrition chez l'enfant : Source des protéinesLes protéines : source
  1. Afin de varier les sources alimentaires des protéines il faut savoir que 20 g de protéines sont apportées par 100 g de viande (rouge, volaille, abats) ou
    = 100 g de poisson
    = 2 œufs
    = 2/3 de litre de lait
    = 4 yaourts
    = 250 g de fromage blanc
    = 70 g d’Emmenthal
    = 250 g de pain
    = 300 g de haricots secs

Dénutrition chez l'enfant : besoins en lipidesLes lipides : besoins
  1. Les lipides communément appelés graisses ou matières grasses fournissent de l’énergie, apportent du goût et de la saveur. Ils sont distribués dans toutes les cellules corporelles et remplissent un large éventail de fonctions de réserve, structurale et métabolique.
  2. Ils sont constitués d’acides gras dont certains sont dits « essentiels » car l’organisme ne peut les synthétiser, mais également de cholestérol, de phospholipides et de vitamines liposolubles (A, D, E et K).

Dénutrition chez l'enfant : besoins en lipidesLes lipides : source
  1. Les graisses animales sont très riches en cholestérol et leur haute teneur en acides gras saturés favorise les maladies cardio-vasculaires. Les graisses végétales fournissent les acides gras essentiels (oméga 3 et 6).
  2. La ration lipidique journalière doit représenter 30 à 35 % de l’énergie totale journalière avec : 10 g de beurre ou margarine cru /jour et 2 à 3 c à soupe d’huile/jour sachant qu’une cuillère à soupe d’huile = 10 g de lipides.

Dénutrition chez l'enfant : besoins en glucidesLes glucides : besoins
  1. Les glucides ou sucres autrefois appelés hydrates de carbone, sont des nutriments énergétiques, quantitativement les plus importants dans notre alimentation (environ 50% de la ration énergétique).
  2. La ration journalière souhaitable est de 50 à 55 % de l’apport énergétique total journalier. Il est important de privilégier les sucres complexes (lents) pour apporter l’énergie nécessaire sur la journée et éviter les fringales ; le glucose issu du saccharose et des produits sucrés ne devra pas représenter plus de 10 % de la ration énergétique totale journalière.
  3. L’aboutissement de la digestion des glucides est le glucose qui est utilisable par les cellules. De plus, les glucides peuvent être également stockés sous forme de glycogène dans le foie ou dans le muscle mais aussi transformés en graisse (triglycérides).

Dénutrition chez l'enfant : Source des glucidesLes glucides : source

Les sources des glucides sont principalement d’origine végétale (sauf le lactose) et on en distingue deux types :

  1. Les glucides simples dits à assimilation rapide : ils demandent peu de dégradation avant d’arriver au glucose. On les retrouve principalement dans les produits sucrés et le sucre pur. Le lactose (sucre du lait) et le fructose (sucre des fruits) en font partie.
  2. Les glucides complexes dits à assimilation lente : ils demandent un travail de digestion plus important pour arriver au glucose. Il s’agit de l’amidon des féculents et des céréales (pain, pâtes, riz, pommes de terre, légumes secs).

Dénutrition chez l'enfant : FibresLes fibres
  1. Les fibres sont les glucides indigestibles des céréales, fruits, légumes. Ils sont partiellement ou entièrement fermentés par la microflore colique et partiellement excrétés dans les selles.
  2. Les fibres selon leur nature sont classées en deux catégories :
    • les fibres solubles : pectine, hémicellulose, les gommes, les mucilages. Elles ont un fort pouvoir d’absorption de l’eau.
    • les fibres insolubles : cellulose, lignine. Elles ne sont capables d’absorber qu’une faible quantité d’eau.
  3. Les fibres quelle que soit leur nature ont un effet mécanique sur le transit intestinal, elles peuvent lutter contre la constipation et ont un effet rassasiant.
  4. La ration quotidienne conseillée est de 20 à 30 g de fibres alimentaires par jour chez l’adulte, mais la plupart des Français n’en consomment seulement que 10 à 15 g /jour.


Nutrition et croissance

Nutrition chez l'enfant : Principe généralPrincipe général
  1. Chez l’enfant, la croissance en taille et en poids entraîne des besoins élevés en protéines et en énergie et autres nutriments comme le calcium et les vitamines…
  2. Outre la couverture du métabolisme de base et l’activité physique, les apports alimentaires doivent permettre à l’organisme d’un enfant de se développer de façon harmonieuse et régulière en répondant aux besoins des différents organes en croissance.
  3. La croissance dépend de facteurs génétiques, hormonaux et environnementaux (nutrition, environnement socio-économique et affectif).

Nutrition chez l'enfant - Croissance : facteurs génétiquesCroissance : facteurs génétiques
  1. La taille d’un enfant est fonction de données héréditaires. Ainsi, il faut comparer l’enfant à ses parents, frères et sœurs. Plusieurs méthodes de calcul existent pour évaluer ce que sera la taille d’un enfant à l’âge adulte.
  2. Taille cible génétique
    Le mode de calcul qui suit donne une estimation de la taille à l’âge adulte à partir des mensurations des parents, il ne s’agit pas d’une valeur précise car d’autres facteurs interviennent de telle sorte que la taille finale est inférieure ou, plus souvent, supérieure à la taille cible.
    Pour une fille = (taille du père + taille de la mère) – 13 / 2
    Pour un garçon = (taille du père + taille de la mère) + 13 / 2

Nutrition chez l'enfant - Croissance : facteurs hormonauxCroissance : facteurs hormonaux
  1. L’hormone de croissance est sécrétée par l’ante-hypophyse*. Elle agit au niveau du cartilage de conjugaison des os, zone qui permet la croissance de l’os. Les taux d’hormone de croissance sont variables en fonction de l’âge de l’enfant et du cycle nycthéméral*.
  2. Les hormones thyroïdiennes : Elles préparent le cartilage de conjugaison à l’action de l’hormone de croissance, permettant ainsi l’ossification de ce cartilage.
  3. Les glucocorticoïdes jouent également un rôle sur la maturation du cartilage de conjugaison en association avec l’hormone de croissance.
  4. Les hormones sexuelles, c'est-à-dire la testostérone chez le garçon et les oestrogènes chez la fille sont responsables de l’accélération de la croissance pubertaire puis de l’arrêt de la croissance.

* Ante-hypophyse : Lobe antérieur de l'hypophyse. L’Hypophyse est une glande située dans une petite cavité osseuse à la base du crâne. Elle est le centre principal de commande de la production d'hormones par les autres glandes de l'organisme (fonction de «chef d'orchestre»).
* Cycle nycthéméral (ou cycle circadien) : Rythme biologique dont la période est d'environ 24 heures. Chez l'homme, l'alternance veille - sommeil, entre autres, obéit à un rythme circadien.


Nutrition chez l'enfant - Les phases de la croissanceLes phases de la croissance

La croissance est un phénomène continu jusqu’à l’âge adulte, mais sa vitesse est variable, la dénutrition risquant d’avantage de se manifester pendant les périodes où la croissance est la plus rapide, donc les besoins importants.

On distingue globalement 3 phases de croissance :

  1. Une phase de croissance rapide de 0 à 4 ans : La croissance staturale est la plus rapide lors de la première année de vie. En effet l’enfant accroît sa taille de 50% entre sa naissance et 1 an. Tout déficit nutritionnel a des conséquences plus rapides lors de cette période. A l’âge de 4 ans, l’enfant a doublé sa taille de naissance et a multiplié son poids de naissance par 5 ou 6.
  2. Une phase de croissance linéaire entre 4 ans et la puberté : Au cours de cette phase l’enfant gagne chaque année 5 à 6 cm. L’hormone de croissance joue un rôle très important au cours de cette période.

Nutrition chez l'enfant - Besoins de l’enfant : principeBesoins de l’enfant : principe
  1. Le nourrisson et l’enfant ne sont pas des adultes miniatures. Ils ont des besoins hydriques et alimentaires différents en fonction de leur âge du fait d’une composition corporelle variable et en évolution.
Nouveau-né1 an4 ansPubertéAdulte
Eau Totale75%60%60%60%60%
Masse Grasse15%25%10%18%18%

La masse grasse augmente jusqu’à la fin de la première année de vie, diminue ensuite, et se stabilise lors de la puberté. Suivant la composition de l’organisme, les besoins énergétiques sont plus ou moins importants.


Besoins de l’enfant : détail
  1. Les besoins en protéines du nourrisson sont élevés du fait du rôle primordial de celles-ci pour la croissance et pour le renouvellement cellulaire.
  2. Les glucides représentent 40% de la ration alimentaire du nouveau-né et 50 à 60% de celle de l’enfant.
  3. Les lipides représentent de 50% de la ration calorique du nouveau-né et de 30% chez l’enfant et l’adulte.
  4. L’alimentation doit apporter suffisamment de calcium (environ 500 mg par jour de 0 à 1 an) et de phosphore pour permettre une bonne construction osseuse.
  5. Les besoins en sodium sont en général bien couverts par l’allaitement maternel ou les laits artificiels. Ils ne sont pas précisément connus mais ils sont faibles : au maximum 2 mmol/kg/jour chez l’enfant.
  6. Le fer joue en particulier un rôle essentiel dans l’érythropoïèse*. Les besoins sont de l’ordre de 10 mg/jour de 0 à 6 mois, de 15 mg / jour de 6 à 36 mois, de 10 mg/jour de 3 à 10 ans, de 18 mg/jour de 10 à 18 ans.

* L'érythropoïèse est le processus de production des érythrocytes (globules rouges) dans la moelle osseuse.

AgeBesoins en protéines / jourBesoins énergétiques / jour
Naissance6 à 7 g110 kcal/kg
6 mois8 à 10 g100 à 110 kcal/kg
De 1 à 3 ans0,9 à 1 g90 kcal/kg
A 5 ans1500 à 1800 kcal
A 10 ans1800 à 2200 kcal
Lors de l’adolescence (fille)2200 à 2500 kcal
Lors de l’adolescence (garçon)2800 à 3000 kcal

Par convention les calories s’expriment en kilocalories : kcal