Alerte à la dénutrition !

Jun 13, 2017 par

Lorsque les apports alimentaires d’un individu ne compensent plus ses besoins nutritionnels, on parle alors de dénutrition, soit une affection qui touche à ce jour pas loin de 2 millions de sujets sur le sol français. Trop souvent écartée par les professionnels de santé, que ce soit dans les hôpitaux ou les structures spécialisées, le Collectif de Lutte contre la Dénutrition (CLD) a lancé en octobre dernier un cri d’alarme à ce sujet pour éviter que ce trouble nutritionnel ne se répande davantage.

Alerte à la dénutrition

La dénutrition, une pathologie souvent méconnue

Que sait-on sur cette maladie ?

Bien que les premiers symptômes soient souvent minces et que les événements graves tardent à se déclarer, l’état de dénutrition est malgré tout reconnu comme un état pathologique où les apports nutritionnels sont très déficitaires par rapport aux besoins de l’organisme.

Cet état de dénutrition peut se traduire par une perte de poids involontaire de plus de 5 % en un mois, ce qui est loin d’être négligeable, surtout chez les sujets à la santé fragile !

Il n’est pas forcément obligatoire que les facteurs favorisant ce trouble soient de nature pathologique. Au contraire, nombre de cas de dénutrition seraient plutôt liés à de « simples » changements physiologiques issus par exemple du vieillissement important de la population ou de l’évolution constante des maladies chroniques.

La qualité nutritionnelle qui est proposée dans les structures où séjournent les deux types de population précédemment cités ne répond pas toujours à leurs attentes. Et ce chiffre de personnes concernées ne cesse de progresser…

À noter ! « Aujourd’hui, le budget aliments dédié aux 3 repas journaliers d’un patient hospitalisé est, en moyenne, de 3,73 euros ». (Pr Eric Fontaine, Président de la Société francophone de nutrition clinique et métabolisme (SFNEP) – Le Quotidien du médecin n° 9531).

Les personnes âgées, des sujets plus vulnérables à la dénutrition

Bien que cette pathologie touche aussi bien les enfants que les adultes, elle atteint néanmoins beaucoup plus les personnes âgées, et, les chiffres, ne sont pas prêts de régresser vu le contexte démographique dans lequel nous évoluons.

En 2009, une enquête menée par l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA) a montré que 4 à 10 % des personnes âgées vivant à domicile et 30 à 90 % de la population âgée hospitalisée ou « institutionnalisée » étaient dénutries.

Les personnes à moyenne et forte dépendance sont donc davantage impactées par ce fléau nutritionnel. A cela s’ajoutent les nombreux patients atteints de maladies lourdes telles que les cancers où là aussi réside une forte dépendance.

Dans les deux cas, l’avancement de l’âge fait que les individus font face à une perte progressive de leur autonomie et, de l’autre côté, la gravité de certaines maladies chroniques impose aux organismes des apports nutritionnels plus importants.

De ce fait, il en résulte que le risque de dénutrition chez ces cibles en devient plus grand.

De lourdes conséquences sur le long terme

Outre le fait que la dénutrition ait des répercussions sur la qualité de vie générale des individus, cette pathologie peut conduire à de graves conséquences qui devraient grandement alerter les autorités et les spécialistes en charge de la maladie.

Par exemple, il serait estimé qu’un patient cancéreux aurait deux fois plus de risque de mourir lorsqu’il est dénutri.

Sachant que la maladie pourrait être soignée par des traitements dont les résultats se sont montrés efficaces, il est donc inacceptable que de tels évènements dramatiques puissent encore se produire !

C’est donc dans ce contexte que le Professeur Eric Fontaine, Président de la Société Francophone de Nutrition Clinique et Métabolisme (SFNEP) témoigne très fortement de sa volonté de faire évoluer les comportements dans la prise en charge de cette maladie !

De réelles mesures pour lutter contre ce fléau

Malgré les nombreuses mesures engagées par cette société pour mobiliser un maximum de personnes, soit exerçant directement avec les malades ou bien encore les structures gouvernementales, le président du SFNEP, Eric Fontaine, a voulu passer à la vitesse supérieure.

Fin 2015, le SFNEP a décidé de créer un Collectif de Lutte contre la Dénutrition (CLD) qui a permis l’élaboration d’un Manifeste réunissant ainsi à lui seul 10 propositions pour lutter contre ce fléau nutritionnel.

Ces 10 propositions figurant dans ce Manifeste sont les suivantes :

  1. Faire de la dénutrition la Grande Cause nationale du prochain quinquennat.
  2. Lancer un Plan de lutte contre la dénutrition 2018-2021 pour enrayer la progression de la maladie et faire face à ses conséquences médicales, sociales et économiques.
  3. Se fixer pour objectif : « Zéro personne âgée tuée par la dénutrition ».
  4. Nourrir correctement 100% des patients malades.
  5. Repérer et prendre en charge 100% des patients dénutris de l’hôpital jusqu’à leur domicile.
  6. Imposer la présence d’un médecin nutritionniste et de 10 diététiciens pour 600 lits d’hôpital.
  7. Permettre aux professionnels de santé de soigner 100% des patients dénutris.
  8. Créer un Comité national de vigilance de la dénutrition chez l’enfant permettant un meilleur accompagnement vers la guérison.
  9. Former les futurs médecins, le personnel médical et soignant, les professionnels de santé ainsi que les malades, leurs proches et les aidants au risque nutritionnel.
  10. Prendre soin de chacun en valorisant le goût et le plaisir.

Ainsi, avec la divulgation de ce Manifeste (auquel il est possible d’y accéder via le site change.org), le Collectif espère compter un maximum de signatures pour souligner les grands enjeux de cette maladie. Une prise en charge tardive amène trop souvent à une véritable dégradation de l’état des patients. Il est donc dommage d’en arriver là, surtout lorsque nous disposons de moyens thérapeutiques efficaces pour les soulager…

L’objectif majeur de toutes les actions menées par ce Collectif est ainsi de faire de la dénutrition une cause nationale. En proposant des mesures concrètes au gouvernement, ce Collectif espère observer un changement dans la prise en charge de ces patients aussi bien en ville qu’en hôpital.

Enfin, pour soulager un peu le quotidien des médecins, la SFNEP a décidé de mettre au point (en collaboration avec la société K’Noë) une application mobile (disponible à la fois sur Android et iOS) appelée « Nutrition Clinique ». Faisant appel à de nombreux algorithmes et formules, le développement de cet outil permettrait ainsi de simplifier le diagnostic du patient dénutri et donc sa prise en charge…

À savoir ! Le Collectif de Lutte contre la Dénutrition (CLD) rassemble de nombreuses personnes venant de différents milieux (professionnels de santé, philosophes, économistes, sociologues, religieux…). Il est soutenu par Miss France 2016, Iris Mittenaere, et François Cluzet, et a pour marraine Marie de Villepin, mannequin et fille de Dominique de Villepin.

Lucie B., Biologiste spécialisée en E-santé

– La dénutrition, une cause nationale. Le Quotidien du médecin n°9580. Hélia Hakimi-Prévot. Le 11 mai 2017.
– Dossier : la dénutrition des personnes âgées. Institut DANONE, l’alimentation pour la santé. Pr Agathe Raynaud-Simon. – Consulté le 12 juin 2017.
– Stratégie de prise en charge en cas de dénutrition protéino-énergétique chez la personne âgée. HAS. – Consulté le 12 juin 2017.
– Le Collectif de lutte conte la dénutrition (CLD). CLD. – Consulté le 12 juin 2017.
– L’application mobile de la SFNEP. SFNEP. – Consulté le 13 juin 2017.

Lucie B.

Biologiste spécialisée en E-santé

Passionnée par l’univers des Neurosciences.

Possède un goût prononcé pour l’architecture d’intérieur et les nouvelles technologies.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.