Diminution des apports oraux Perturbation du métabolisme Impact des traitements


Diminution des apports oraux

Cancer -  Diminution des apports oraux - Principe de la dénutritionPrincipe de la dénutrition
  1. La dénutrition est le résultat de l’association :
    • d’une baisse des apports de nourriture (apports alimentaires oraux)
    • de troubles du fonctionnement de l’organisme (métabolisme).
  2. Les apports alimentaires risquent d’être diminués du fait de la pathologie cancéreuse ou de ses traitements.
  3. Les dépenses énergétiques se trouvent augmentées du fait de la présence de la tumeur, des traitements ou de complications (fièvre, infection).
  4. Il est difficile, dans ce contexte, d’obtenir un poids stable.

Cancer - Causes de la dénutrition - Diminution des apportsDiminution des apports
  1. La réduction des apports alimentaires est surtout liée à une perte d’appétit (anorexie) dont les manifestations sont à signaler de manière à les prévenir et à les traiter avec soins.

Cancer - Causes de la dénutrition - Troubles alimentairesTroubles alimentaires
  1. Ce sont des troubles qui accompagnent la prise alimentaire et réduisent ainsi l’appétit : des modifications du goût des aliments, des odeurs qui deviennent désagréables, une salive épaisse ou une absence de salive, une satiété précoce (sensation d’être rassasié après quelques bouchées), des douleurs en mâchant ou en avalant, des nausées, des vomissements, des troubles du transit (diarrhées, constipation).
  2. Cette anorexie peut également être liée à des régimes prescrits beaucoup trop restrictifs. Elle peut aussi être en rapport avec un état d’anxiété ou de dépression.


Cancer - Causes de la dénutrition - Anorexie liée à la tumeurAnorexie liée à la tumeur
  1. La localisation de la tumeur peut également entraîner une baisse de l’alimentation du fait d’un blocage mécanique, c’est le cas des tumeurs situées à proximité ou envahissant l’appareil digestif (bouche, gorge, œsophage, estomac…).

Cancer - Causes de la dénutrition - Anorexie liée à l’hospitalisationAnorexie liée à l’hospitalisation
  1. Enfin l’hospitalisation peut conduire à un état d’anorexie puisque le patient perd ses repères environnementaux, les horaires des repas sont modifiés ainsi que les habitudes alimentaires.
  2. La prestation hôtelière n’est pas toujours bien adaptée non plus. De plus, lors de l’hospitalisation, plusieurs périodes de jeûne alimentaire peuvent être nécessaires à la réalisation d’examens.
  3. L’hospitalisation constitue donc bien souvent un facteur aggravant dans l’anorexie.


Perturbation du métabolisme

Cancer - Perturbations du métabolisme - NatureNature
  1. Les troubles du fonctionnement de l’organisme liés à la présence de la tumeur sont complexes et variables en fonction de la tumeur.
  2. L’ensemble de ces phénomènes interagissent entre eux et contribuent à l’augmentation des besoins énergétiques nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme.
  3. Toutes les tumeurs n’entraînent pas tous ces effets, et les traitements peuvent eux aussi entraîner des anomalies du métabolisme.

Cancer Perturbations du métabolisme - ExemplesExemples
  1. Le catabolisme musculaire, c'est-à-dire la destruction musculaire, ainsi que la fonte des réserves du tissu adipeux (réserve de graisse) sont augmentés sous l’action de substances produites par certaines tumeurs et de l’état inflammatoire dû à la maladie.
  2. On peut observer également une hausse du taux de sucre dans le sang et une résistance à l’insuline, substance qui sert à réguler le taux de sucre dans le sang.


Impact des traitements

Cancer - Impact des traitements - ChirurgiesLes chirurgies
  1. Les chirurgies sont souvent précédées d’examens nécessitant des périodes de jeûne et/ou une hospitalisation, pouvant entraîner un état de dénutrition voire même l’aggraver. Par ailleurs, après une opération, on assiste à une augmentation des dépenses énergétiques qui est associée à une fonte au niveau musculaire. Cette fonte musculaire est aggravée par l’alitement.
  2. De plus, après une opération, des complications infectieuses peuvent apparaître. Elles seront d’autant plus fréquentes que le patient sera dénutri en pré-opératoire. Cet état d’infection peut alors maintenir voire aggraver la dénutrition.
  3. Enfin la plupart des chirurgies importantes au niveau de l’appareil digestif (œsophage, estomac…) modifie le circuit normal des aliments. Ceci va alors entraîner une baisse d’absorption des nutriments digérés et libérés dans les intestins. Les chirurgies digestives lourdes interdisent souvent de manger les premiers jours ce qui signifie une période de jeûne longue.

Cancer Perturbations du métabolisme - Exemples de chirurgieExemples de chirurgie
  1. L’estomac permet lors des repas de stocker et préparer les aliments avalés, puis de les libérer petit à petit dans l’intestin. Lors d’une opération de l’estomac, il y aura des difficultés à manger un volume habituel de nourriture puisqu’une partie ou la totalité de l’estomac aura été enlevée et que celui-ci ne fera plus office de réservoir.
  2. Le côlon, partie située à la fin de l’intestin, est la partie qui absorbe la majeure partie de l’eau et du sel. Dans le cas d’une chirurgie au niveau du côlon, on peut observer des diarrhées accompagnées parfois de déshydratation associée à une mauvaise absorption des nutriments (protéines, lipides, glucides), des vitamines et des minéraux.
  3. Après une opération de la sphère ORL (bouche et gorge), lors de la réalimentation, des problèmes de déglutition peuvent survenir avec des fausses routes limitant aussi l’alimentation.

Cancer Perturbations du métabolisme - Chimiothérapie La chimiothérapie
  1. Les traitements par chimiothérapies vont agir en détruisant les cellules ayant un développement rapide. Elles vont détruire de préférence les cellules tumorales mais aussi indifféremment les cellules saines qui se reproduisent très vite, dont les cellules immunitaires et les cellules qui recouvrent la paroi du tube digestif. Cela va alors entraîner une baisse des défenses immunitaires, le patient sera plus sensible aux infections, qui sont source d’augmentation de la dépense d’énergie.
  2. Les chimiothérapies peuvent également être responsables d’atteinte au niveau des muqueuses en particulier buccale. Les mucites (inflammation des muqueuses) s’accompagnent d’érosions douloureuses qui malgré les traitements antalgiques entraînent une diminution voire une absence de prises alimentaires.
  3. Les chimiothérapies vont également être responsables de nausées accompagnées ou non de vomissements, ce qui entraîne alors une anorexie et/ou un dégoût pour certains aliments.
  4. Au niveau digestif, ces traitements peuvent causer des diarrhées ce qui va modifier les prises alimentaires et entraîner des pertes parfois importantes d’eau et de minéraux ce qui peut alors engendrer un risque de déshydratation. A l’inverse, certaines chimiothérapies peuvent conduire à un tableau de constipation voire d’occlusion.
  5. Les traitements par chimiothérapie peuvent aussi parfois être responsables d’une modification voire d’une perte du goût ainsi qu’une sensibilité importante aux odeurs.

Cancer Perturbations du métabolisme - Radiothérapie La radiothérapie
  1. La radiothérapie au niveau des voies aéro-digestives supérieures (de la cavité buccale à l’œsophage) peut entraîner une modification ou une perte de l’odorat, du goût ainsi qu’une diminution des sécrétions salivaires, voire une absence de ces sécrétions (asialie).
  2. Par ailleurs, l’irradiation va être responsable d’une mucite (inflammation des muqueuses), souvent accompagnée d’une mycose, entraînant des douleurs importantes responsables d’une baisse significative des apports alimentaires.
  3. L’irradiation au niveau de l’œsophage et du médiastin (région centrale du thorax) peut entraîner une inflammation de l’œsophage responsable de douleurs à la déglutition donc de difficultés à s’alimenter. Ce type de radiothérapie peut également générer des vomissements.
  4. La radiothérapie au niveau abdominal va, elle, être responsable de douleurs abdominales, de diarrhées engendrant ainsi une perte d’eau et de minéraux responsables de déshydratation et d’une mauvaise absorption des nutriments contenus dans l’alimentation.
  5. Certains traitements utilisés pour soulager les douleurs, tels que les dérivés de la morphine, peuvent être responsables de constipation importante