Objectifs de la prise en charge Prise en charge par voie orale Complémentation orale Utilisation de la voie entérale Utilisation de la voie parentérale


Dénutrition chez la personne âgée : Objectifs de la prise en chargeObjectifs de la prise en charge

  1. Chez les personnes âgées dénutries, les apports nutritionnels souhaités sont :
    • Énergie : 30 à 40 kcal.kg-1.j-1
    • Protéines : 1.2 à 1.5 g.kg-1.j-1
  2. Ces apports sont à adapter en fonction de la cause de la dénutrition. Par exemple, en cas d'escarres les apports protéiques doivent être majorés.
  3. Selon l'état nutritionnel, la pathologie sous-jacente et l'aptitude de la personne âgée, différents modes de prise en charge nutritionnelle peuvent être distingués. La stratégie est essentiellement dépendante du statut nutritionnel initial de la personne, de son autonomie, de la gravité de la pathologie et des handicaps associés (hémiplégie, troubles de la déglutition…).


Dénutrition chez la personne âgée : Prise en charge par voie oralePrise en charge par voie orale

  1. Elle tient compte du fait que la personne âgée est capable de couvrir ses besoins par voie orale. Cette voie doit être privilégiée lorsque cela est possible. Selon la capacité de chacun, le recours à une alimentation enrichie peut s'avérer suffisant. Cependant, dans de nombreux cas, le recours à une complémentation orale est souvent nécessaire. L'aide d'une diététicienne est primordiale dans ce type de prise en charge.


Dénutrition chez la personne âgée : Complémentation oraleComplémentation orale

  1. Il existe plusieurs types de compléments nutritionnels : hyperénergétiques et/ou hyperprotidiques, de différentes textures (crème, liquide, potage…), avec ou sans lactose…
  2. En pratique, les compléments oraux doivent être pris en dehors des repas et ne doivent pas les substituer. Il est recommandé de les prendre environ 2 heures avant ou après les repas au moment des collations afin de préserver les prises alimentaires des repas. Généralement deux unités sont proposées quotidiennement. Il faut veiller à tenir compte des goûts des patients et des difficultés de prise de ces compléments (troubles de la déglutition, troubles neuro-musculaires…). Les compléments lactés sont d'avantage consommés lorsqu'ils sont servis frais. Une fois ouverts, ils peuvent se conserver à température ambiante pendant deux heures et jusqu'à 24 heures au réfrigérateur.


Dénutrition chez la personne âgée : Utilisation de la voie entéraleUtilisation de la voie entérale

  1. La voie entérale doit être utilisée dès lors que les apports oraux, assurés par une alimentation enrichie et l'utilisation de compléments oraux, sont insuffisants. Ils doivent également être utilisés en cas de troubles graves de la déglutition et en cas d'obstacle digestif au niveau de la bouche, du pharynx et/ou de l'œsophage.
  2. Dans les cas d'une restriction alimentaire provisoire, le recours à une sonde nasogastrique de faible calibre (plus confortable pour le patient) s'avère très efficace. Lorsque l'alimentation orale est prévue pour plus d'un mois ou lorsqu'il existe une contre-indication à la mise en place d'une sonde nasogastrique, le recours à la gastrostomie, par voie endoscopique, radiologique ou chirurgicale, s'avère nécessaire.
  3. Il est recommandé que la nutrition entérale soit débutée au cours d'une hospitalisation pour vérifier la tolérance et éduquer le patient et son entourage. L'alimentation entérale doit faire l'objet d'un suivi : poids, tolérance, observance, évolution de la pathologie.


Dénutrition chez la personne âgée : Utilisation de la voie entéraleUtilisation de la voie parentérale

  1. La voie parentérale doit être exceptionnellement utilisée. Elle est réservée à 3 situations particulières :
    • Malabsorptions sévères anatomiques ou fonctionnelles.
    • Occlusions intestinales aiguës ou chroniques.
    • Échec d'une nutrition entérale bien menée.
  2. Sa mise en œuvre est hospitalière.