Dosage de l'albuminémie Dosage de la transthyrétinémie Dosage de la C-Réactive Protéine


Dénutrition chez la personne âgée : dépistageDosage de l'albuminémie

  1. L'albumine reflète le métabolisme protéique. Cependant, l'hypoalbuminémie n'est pas spécifique de la dénutrition : en effet, un syndrome inflammatoire important, un syndrome néphrotique ou autre sont des situations associées à une hypoalbuminémie. Pour autant, l'albumine représente un facteur de pronostique majeur de morbi-mortalité*. Il doit donc être couplé à un dosage de la C-Réactive Protéine (CRP).
  2. L'albumine doit être dosée lorsque l'IMC est inférieur à 21 chez le sujet âgé et en cas de suspicion de dénutrition.
  3. La demi-vie de l'albumine est de 20 jours. L'albumine n'est donc pas un bon marqueur de suivi, à court terme, de la dénutrition.
  4. D'autre part, le dosage de l'albumine permet de distinguer deux formes de dénutrition :
    • Dénutrition par carence d'apport isolée : dans ce contexte, l'albuminémie s'avère normale.
    • Dénutrition par hypercatabolisme : L'albuminémie baisse rapidement.
  5. On parle d'hypoalbuminémie lorsque le taux est ≤ 35 g/l.

* Morbidité : nombre de malades au sein d'une population donnée.
* Morbi-mortalité : nombre de malades ou nombre de morts au sein d'une population donnée.


Dénutrition chez la personne âgée : Dosage de la transthyrétinémieDosage de la transthyrétinémie

  1. La transthyrétine reflète la synthèse protéique à court terme (demi-vie = 48 heures). Il s'agit donc d'un très bon marqueur pour le suivi d'une renutrition.
  2. On parle d'hypotransthyrétinémie lorsque le taux est ≤ 110 mg/l.


Dénutrition chez la personne âgée : Dosage de la C-Réactive Protéine (CRP)Dosage de la C-Réactive Protéine (CRP)

  1. La CRP est une protéine inflammatoire. Sa demi-vie est de 12 heures. Une CRP élevée (> 20 mg/l) est le reflet d'un syndrome inflammatoire, donc d'un risque d'hypercatabolisme, donc d'un risque élevé de dénutrition particulièrement chez le sujet âgé.
  2. Aux côtés de ces 3 dosages principaux, s'ajoutent des dosages plus spécifiques en micronutriments (vitamines et/ou oligo-éléments) en fonction du contexte clinique.