Sensation de faim Difficultés à s’alimenter Troubles digestifs Autres causes de dénutrition


Dénutrition chez l'enfant polyhandicapé : Sensation de faimSensation de faim

  1. L’enfant polyhandicapé ne ressent pas toujours une faim à la hauteur de ses besoins, par perturbation des mécanismes de faim/satiété du fait de l'atteinte cérébrale.
  2. Leurs besoins sont par ailleurs difficiles à déterminer, les apports conseillés pour des enfants non handicapés ne sont pas utilisables.


Difficultés à s’alimenter chez l'enfant polyhandicapéDifficultés à s’alimenter

  1. L’enfant polyhandicapé est totalement dépendant d'un tiers pour son alimentation et ses boissons, le rythme, la qualité et la quantité.
  2. L’enfant polyhandicapé a souvent des difficultés à avaler l'alimentation du fait de perturbation des mécanismes de déglutition, avec des repas très prolongés pour une faible quantité d'alimentation ingérée. Il souffre parfois de caries, de gingivites, de troubles de l'occlusion dentaire, d'hypertrophie de la langue ou des gencives…
  3. Certains enfants vomissent, de façon involontaire mais parfois aussi volontaire et perdent ainsi des calories. Parfois leur seule interaction avec l'entourage est l'alimentation, et certains prennent des habitudes d'opposition ou de mérycisme (régurgitations volontaires).


Conséquences de la dénutrition sur l'enfant polyhandicapéTroubles digestifs

  1. L’enfant polyhandicapé peut souffrir de troubles digestifs qui gênent l'alimentation : constipation, reflux gastro-oesophagien (15 à 75 % des cas) avec ou sans inflammation de l'œsophage (oesophagite). Ceci est à explorer et à traiter dans le cadre de la prise en charge globale de ces enfants.


Autres causes de dénutrition chez l'enfant polyhandicapéAutres causes de dénutrition

  1. La conscience de l’enfant polyhandicapé peut être altérée, par sa maladie et/ou par les médicaments utilisés.
  2. Certains enfants ont des dépenses d'énergie augmentées (enfants ayant des contractions musculaires importantes).
  3. Certains enfants ont une insuffisance respiratoire ou une infection pulmonaire chronique qui retentissent sur l'appétit et l'état nutritionnel.
  4. Enfin, on peut citer comme causes possibles de dénutrition les interactions entre médicaments et nutriments (vitamine D et anti-convulsivants), l'ostéoporose due au statut grabataire, à l'absence d'exposition au soleil, à la carence en vitamine D ou en calcium.