Risques Complexité des soins Impacts psychologiques


Enfant et polyhandicap : Les risques de la nutrition artificielleRisques

  1. S’il est inacceptable de laisser un enfant polyhandicapé dénutri, si la prise en charge nutritionnelle est en général très efficace pour la croissance, le confort, la survie, il ne faut néanmoins pas en cacher les risques et inconvénients.
  2. Chaque technique a ses risques : la pose de gastrostomie (5% de complications importantes), la sonde naso-gastrique, l'anesthésie générale, présentent des risques chez ces enfants fragiles. Dans chaque décision médicale, le médecin pèse le pour et le contre, et choisit une option dans laquelle les avantages l'emportent sur les risques. Ces risques ne doivent cependant pas être cachés aux parents.
  3. L'alimentation par sonde peut être mal tolérée, entraînant ballonnement, régurgitations, douleurs abdominales, diarrhée.


Complexité des soinsComplexité des soins

  1. La gastrostomie impose des soins (augmentant parfois le nombre de consultations médicales), une contention et des contraintes (corset plus difficile à adapter, déplacements réduits du fait de la pompe et des tubulures). La nutrition nocturne nécessite des réveils pour renouveler le produit.
  2. Le traitement de la constipation peut améliorer le confort et l'alimentation et préserve la motricité colique, mais il est plus facile pour l'entourage d'obtenir une selle moulée deux fois par semaine à heure choisie, par lavement, plutôt que de changer tous les jours une couche pleine de selles molles dues aux laxatifs.
  3. L'intervention anti-reflux est parfois nécessaire du fait d'une oesophagite ou de vomissements fréquents qui favorisent la dénutrition et mettent en jeu le pronostic pulmonaire. Elle se traduit par une difficulté à roter et à vomir, parfois par des troubles de la fonction gastrique.


Enfant et polyhandicap : impacts psychologiques de la sondeImpacts psychologiques

  1. La prise de poids qui est le but de la prise en charge nutritionnelle peut être responsable de difficultés pour déplacer l'enfant.
  2. Le fait de cesser l'alimentation orale pour des fausses routes fait perdre aux parents une des activités positives vécues avec leur enfant et une part de leur fonction de parents.
  3. Le soutien nutritionnel fait parfois perdre à l'enfant le plaisir puis l'habitude de manger, même s'il en est capable sans risques.