L’intérêt d’un suivi nutritionnel au cours de l’hospitalisation

Aug 26, 2019 par

La dénutrition menace plus de 30 % des patients hospitalisés, avec des conséquences parfois importantes sur leur santé. Si les recommandations préconisent d’administrer des supports nutritionnels à ces patients, est-ce efficace en réalité ? Des chercheurs suisses ont réalisé une étude pour tenter de répondre à cette question.

Intervention nutritionnelle

Hospitalisation et risque de dénutrition

La population de patients hospitalisés a en moyenne un risque accru d’être touché par la dénutrition. Les autorités de santé publique préconisent d’administrer à ces patients des supports nutritionnels au cours de leur hospitalisation. Jusqu’à récemment, les rares données disponibles sur l’efficacité de ces recommandations demeuraient contradictoires.

Pour en savoir plus, des chercheurs suisses ont mené une étude, baptisée EFFORT (pour Effect of early nutritional support on Frailty, Functional Outcomes, and Recovery of malnourished medical inpatients, en Français l’effet d’un support nutritionnel précoce sur la fragilité, le devenir fonctionnel et la récupération des patients hospitalisés dénutris). Au total, 2 015 patients ont été inclus dans cette étude, car ils présentaient un risque de dénutrition et étaient hospitalisés plus de 4 jours dans l’un des hôpitaux participant à l’étude.

Les patients ont été aléatoirement répartis en deux groupes :

  • Un groupe intervention de 1 013 patients, dont l’apport en protéines était assuré par un enrichissement de l’alimentation par voie orale, l’administration de compléments nutritionnels oraux ou le recours à une nutrition parentérale ;
  • Un groupe contrôle de 1 038 patients, dont les patients s’alimentaient selon leurs souhaits sans recommandations ou compléments spécifiques.

Un recours plus important aux compléments nutritionnels oraux

A leur sortie de l’hôpital, tous les patients ont reçu des conseils nutritionnels et si besoin une prescription de compléments nutritionnels.

L’âge moyen des patients de l’étude était de 72,6 ans, et leur Indice de Masse Corporelle (IMC) moyen de 24,8. Tous les patients ont adhéré fortement au protocole de l’étude.

Au cours de leur séjour à l’hôpital, les patients du groupe intervention ont reçu significativement plus de calories et de protéines que les patients du groupe contrôle. La prescription de compléments nutritionnels oraux était plus élevée, avec 91 % des patients concernés dans le groupe intervention, contre seulement 12 % dans le groupe contrôle. Cet écart se maintenait lors du retour à domicile, avec 24 % de patients ayant reçu une prescription de compléments nutritionnels dans le groupe intervention, contre seulement 2 % dans le groupe contrôle.

Un meilleur état de santé et un risque de mortalité réduit

Un mois après leur retour à domicile, environ un quart des patients du groupe intervention et près d’un tiers du groupe contrôle ont présenté un évènement délétère, parmi les suivants :

  • Un décès ;
  • Une admission en soins intensifs ;
  • Une réadmission à l’hôpital ;
  • Une complication majeure ;
  • Un déclin fonctionnel.

Dans le groupe intervention, 7 % des patients sont décédés dans le mois suivant le retour à domicile, contre 10 % dans le groupe contrôle. L’intervention nutritionnelle aurait ainsi permis de réduire de 35 % le risque de décès après l’hospitalisation.

Ces résultats montrent que le suivi d’un programme nutritionnel personnalisé durant l’hospitalisation est bénéfique sur l’état de santé et le risque de mortalité chez les patients hospitalisés à risque élevé de dénutrition. Cette étude apporte donc un nouvel éclairage sur l’intérêt de suivi nutritionnel à l’hôpital, dont les résultats étaient jusqu’ici controversés.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Individualised nutritional support in medical inpatients at nutritional risk: a randomised clinical trial. Schuetz, P. and al. The Lancet. doi: 10.1016/S0140-6736(18)32776-4. The Lancet. Consulté le 24 Août 2019.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.